ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 108/1 - 2015  - pp.46-48  - doi:10.1007/s13149-014-0389-y
TITRE
Absence de bio-équivalence d’un générique du lopinavir/ritonavir non préqualifié par l’OMS commercialisé en Afrique (Congo Brazzaville)

TITLE
Lack of Bioavailability of generic lopinavir/ritonavir not prequalified by WHO marketed in Africa (Congo Brazzaville)

RÉSUMÉ

Les médicaments antirétroviraux génériques de seconde ligne sont d’une grande importance dans les pays en développement. Il est capital de se préoccuper de leur qualité et de leur efficacité. Nous rapportons un cas clinique et une étude pharmacologique chez des volontaires sains d’un générique du lopinavir / r. Un sujet français d’origine sub-saharienne en séjour en République du Congo a reçu une prophylaxie post-exposition à la suite d’un rapport sexuel non protégé : admis au CTA de Brazzaville, il a reçu de l’AZT +3 TC et LPV / r (200/50 mg, Arga-L®, Inde). De retour en France, les dosages résiduels de lopinavir / r ont montré que les concentrations plasmatiques étaient indétectables chez le patient. La consultation de la liste de préqualification de l’OMS a montré que l’Arga-L® n’a pas été préqualifié. La composition du comprimé d’Arga-L a été déterminée montrant une composition qualitative et quantitative correcte. Nous avons réalisé une étude pharmacologique chez des volontaires sains afin d’évaluer la biodisponibilité orale du générique Arga-L® comparé au princeps Kaletra® (400/100 mg) 12 h après une dose unique à 7 jours d’intervalle. Chez quatre volontaires sains, les concentrations plasmatiques résiduelles de RTV et LPV du générique Arga-L® sont retrouvées à des taux très inférieurs à celles du princeps Kaletra® (<10%), révélant une très faible biodisponibilité orale de Arga-L® par rapport au produit princeps. Nous avons donc constaté que Arga-L®, malgré une composition qualitative et quantitative correcte, avait une très mauvaise biodisponibilité par rapport à Kaletra®. Pour éviter les échecs virologiques et l’émergence de mutations de résistances aux médicaments, la surveillance pharmacologique rigoureuse des antirétroviraux génériques qui ne sont pas pré-qualifiés par l’OMS, mais qui sont commercialisés en Afrique, doit être une priorité pour les autorités sanitaires.



ABSTRACT

Although second-line generic antiretroviral drugs are of great value in developing countries there are concerns regarding their quality and safety. This study is a case report and pharmacological study in healthy volunteers. A French subject of sub-saharan origin who visited Republic of Congo received a post-exposure treatment with AZT+3TC and LPV/r (200/50 mg, Arga-L®, India) following unprotected sexual intercourse. Two days later, in France, tests showed that plasma concentrations of lopinavir and ritonavir were undetectable. The WHO prequalification list showed Arga-L® was not prequalified. A pharmacological study in healthy volunteers evaluated oral bioavailability: plasma concentrations of generic LPV/r Arga-L® and LPV/r Kaletra® (400/100 mg) were measured after one single dose at 7 days apart in four healthy volunteers. Concentrations of Arga-L® at 12 h after intake were considerably lower than those of Kaletra®, revealing very low oral bioavailability of generic lopinavir and ritonavir (<10%) compared to the brand-name drug. We found that Arga-L®, despite having adequate qualitative and quantitative drug contents, had very poor bio availability compared to Kaletra®. In order to avoid the selection and the spread of drug-resistant HIV strains, rigorous pharmacological monitoring of generic antiretroviral drugs that are not pre-qualified by WHO, but are marketed in Africa, must be a priority for health authorities.



AUTEUR(S)
S. CAMARA, D. ZUCMAN, M. VASSE, A. GOUDJO, E. GUILLARD, G. PEYTAVIN

MOTS-CLÉS
VIH, Pays en voie de développement, Médicaments génériques, OMS, lopinavir, Ritonavir, Pharmacocinétique, Bio-équivalence, Hôpital, Congo Brazzaville, Afrique intertropicale, France

KEYWORDS
HIV, Developing countries, Generic Drugs, WHO, lopinavir, Ritonavir, Pharmacokinetic Studies, Bio-equivalence, Hospital, Congo Brazzaville, Sub-Saharan Africa, France

BIBLIOGRAPHIE
bspe.revuesonline.com/revues/51/10.1007/s13149-014-0389-y.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (197 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier