ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 108/4 - 2015  - pp.250-254  - doi:10.1007/s13149-015-0445-2
TITRE
Étude de onze nouveaux cas congolais de maladie de Kawasaki

TITLE
Study of 11 new cases of Kawasaki disease Congolese

RÉSUMÉ

La maladie de Kawasaki (MK) est une entité rarement décrite en Afrique. L’objectif de ce travail est de décrire les aspects cliniques, biologiques et évolutifs de la MK chez l’enfant congolais. Il s’agit d’une étude rétrospective de 11 cas de MK colligés de 2003 à 2014 au CHU de Brazzaville. Le diagnostic reposait sur les critères proposés par le Mucocutaneous Lymph Node Syndrome Research Commitee et validés par le Center for Disease Control regroupant les critères majeurs décrits initialement par Kawasaki et actualisés par l’American Heart Association. Le sex-ratio H/F était de 2,7 et l’âge moyen de 16,5 ± 5,9 mois (extrêmes 9 et 43 mois). Le délai d’admission moyen était de 12,8 ± 5,9 jours (extrêmes : 6 et 30). Dans neuf cas, il s’agissait d’une forme complète. La symptomatologie avait débuté par une atteinte des voies aériennes supérieures dans 8 cas. L’atteinte bucco-pharyngée se présentait sous forme d’énanthème buccal avec langue framboisée et/ou chéilite angulaire ; elle était associée à un érythème périnéal dans 7 cas. L’atteinte des extrémités réalisait un œdème et/ou érythème et/ou desquamation en doigt de gants ou en lambeau des orteils. Cette dernière survenait en moyenne 11 ± 3,5 jours (extrêmes : 8 et 16) après le début de la fièvre. Le traitement, à base d’acide acétylsalicylique, administré chez tous les enfants, a débuté dans un délai variant entre 4 et 15 jours suivant l’admission. La défervescence thermique était obtenue au bout de 5,3 ± 2,6 jours (extrêmes : 4 et 11). La durée d’hospitalisation moyenne était de 16,6 ± 9,7 jours (extrêmes : 11 et 25 jours). L’évolution après la sortie était jugée favorable dans tous les cas. Toutefois, aucune échocardiographie de contrôle n’a été réalisée. La MK reste une pathologie ubiquitaire avec cependant une incidence variable d’un continent à un autre. L’arrivée des échographies bidimensionnelles devrait permettre la recherche systématique des anomalies des coronaires afin de rattraper les cas passés inaperçus mais également de prévenir les complications y relatives.



ABSTRACT

Kawasaki’s disease (KD) is a rarely described entity in Africa. The purpose of this work is to describe the clinical, biological and evolutionary aspects of KD in the Congolese child. This is a retrospective study of 11 cases of KD collected from 2003 to 2014 at the University Hospital of Brazzaville. The diagnosis was based on the criteria proposed by the Mucocutaneous Lymph Node Syndrome Research Commitee and validated by the Center for Disease Control grouping the major criteria originally described by Kawasaki and updated by the American Heart Association. The sex-ratio M/F was 2.7 and the mean age of 16.5 ± 5.9 months (range 9 to 43 months). The average intake time was 12.8 ± 5.9 days (range 6 and 30). In nine cases there was a complete form. The symptoms began with an invasion of the upper airway in 8 cases. Achieving oropharyngeal was in the form of oral enanthema with strawberry tongue and / or angular cheilitis; it was associated with perineal erythema in 7 cases. Reaching the end realized swelling and/or redness and / or peeling finger gloves or flap toes. The latter occurred at an average of 11 ± 3.5 days (range 8 to 16) after the start of the fever. The treatment with acetylsalicylic acid administered to all children, began within varying between 4 and 15 days of admission. The defervescence was obtained after 5.3 ± 2.6 days (range 4 to 11). The average hospital stay was 16.6 ± 9.7 days (range: 11 to 25 days). The evolution after discharge was considered favorable in all cases. However, no control echocardiography was performed. KD remains an ubiquitous condition but with a variable incidence from one continent to another. The arrival of the two-dimensional ultrasound should enable the systematic investigation of coronary abnormalities to catch up unnoticed past cases but also to prevent complications related there.



AUTEUR(S)
J.R. Mabiala BABELA, L.C. Ollandzobo IKOBO, R.E. NIKA, G. MOYEN

Reçu le 27 mars 2014.    Accepté le 23 juin 2015.

MOTS-CLÉS
Maladie de Kawasaki, Acide acétylsalicylique, Enfant, Hôpital, Congo, Afrique intertropicale

KEYWORDS
Kawasaki disease, Acetylsalicylic acid, Child, Congo, Hospital, Sub-Saharan Africa

BIBLIOGRAPHIE
bspe.revuesonline.com/revues/51/10.1007/s13149-015-0445-2.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (129 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier