ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 103/4 - 2010  - pp.238-242  - doi:10.1007/s13149-010-0066-8
TITRE
La démodécidose humaine dans la région de Sfax (Tunisie)

TITLE
Human demodicidosis in Sfax area (Tunisia)

RÉSUMÉ

L’objectif de notre travail a été de rapporter les particularités épidémiologiques et cliniques des cas de démodécidose diagnostiqués dans la région de Sfax. Sur une période de neuf ans (janvier 2000–décembre 2008), nous avons colligé 427 cas de démodécidose sous forme de blépharites (73,2 % des cas) et d’atteinte du visage (26,8 % des cas). L’âge moyen était de 44 ans. Les femmes étaient légèrement plus concernées (56 %) que les hommes. Deux cent quarantetrois parmi 787 cas de blépharite chronique ont été dus à Demodex sp (30,9 %). Ils ont été traités par une pommade d’oxyde jaune de mercure (Ophtergine® 1 %). Au niveau du visage, cet acarien a été isolé de lésions érythémateuses et papulopustuleuses prurigineuses touchant surtout les joues (22,1 %), le front (13,4 %) et le nez (11,5 %). Le diagnostic a été confirmé sur la richesse de l’examen parasitologique des squames montrant plus de cinq Demodex sp par centimètre carré et la réponse au traitement à base de métronidazole (Flagyl®) pendant trois mois. Actuellement, un grand nombre d’arguments plaident pour l’incrimination du Demodex sp dans les dermatoses du visage ainsi que dans la blépharite. Il faut donc sensibiliser les dermatologues et les ophtalmologues à penser à cette affection, surtout que la densité du Demodex sp retrouvée par l’examen parasitologique constitue le facteur déterminant dans l’instauration d’un traitement anti-Demodex, dont l’efficacité est un argument de plus pour le diagnostic.



ABSTRACT

Demodicidosis is an ectoparasitosis, common to humans and many mammals. It is caused by the proliferation of a mite Demodex sp in the pilosebaceous follicles. Its pathogenic role remains controversial. The aim of our study was to report epidemiological and clinical particularities of cases of demodicidosis diagnosed in our region. Over a period of nine years (January 2000 to December 2008), 427 cases of demodicidosis were diagnosed. 73.2% of cases were blepharitis and 26.8% of cases were facial dermatosis. The mean age was 44 years. Women were slightly more affected (56%) than men. Among 787 chronic blepharitis, 243 cases were due to Demodex sp (30.9%). They were treated with yellow oxide of mercury (Ophtergine® 1%). In the face, this mite has been isolated from erythematous and pruritic papulopustular lesions, and their distribution was as follows: cheeks (22.1%), forehead (13.4%), and nose (11.5%). The diagnosis was confirmed by parasitological examination of scales showing more than 5 Demodex sp/cm2 and response to treatment with metronidazole (Flagyl®) for three months. Currently, there were a large number of arguments for the incrimination of Demodex sp in pathogenesis of dermatosis and blepharitis. Dermatologists and ophthalmologists must therefore think to this mite. The density of Demodex sp found by parasitological exam is a determining factor in establishing an anti-Demodex treatment whose effectiveness is a further argument for the diagnosis.



AUTEUR(S)
F. CHEIKHROUHOU, F. MAKNI, S. NEJI, H. SELLAMI, A. MASMOUDI, Hedia TURKI, Z. BEN ZINA, J. FKI, A. AYADI

Reçu le 10 octobre 2009.    Accepté le 30 mars 2010.

MOTS-CLÉS
Démodécidose, Demodex sp, Blépharite chronique, Dermatose, Sfax, Tunisie

KEYWORDS
Demodicidosis, Demodex sp, Chronic blepharitis, Dermatosis, Tunisia

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (419 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier