ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 104/5 - 2011  - pp.347-351  - doi:10.1007/s13149-011-0136-6
TITRE
Le béribéri, maladie nutritionnelle récurrente en milieu carcéral en Côte-d’Ivoire

TITLE
Beriberi, recurrent nutritional disease in a detention house in Côte-d’Ivoire

RÉSUMÉ

Considéré comme une maladie du passé, le béribéri, provoqué par la consommation d’aliments pauvre en thiamine, est de plus en plus présent dans les prisons des pays en développement. En effet, en 2008, une épidémie de béribéri est survenue à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca). L’étude rétrospective que nous avons effectuée avait pour objectif de décrire cette épidémie afin d’améliorer l’état de santé des détenus de la Maca. Cette étude a porté sur 131 sujets soit 64 % du total des cas de béribéri survenus. Le taux global d’attaque du béribéri était estimé à 38,6 ‰. Les malades étaient âgés en moyenne de 33 ans, tous de sexe masculin et résidant en majorité (70,2 %) au bâtiment C, c’est-à-dire condamnés à de lourdes peines. Leur durée moyenne de séjour à la Maca était de 28,1 mois. Les manifestations cliniques du béribéri étaient dominées par les signes neurologiques (fourmillement: 41 %) et les signes cardiovasculaires (dyspnée: 42 %, douleur thoracique: 35 %). Un peu plus de la moitié des malades, soit 51 %, présentaient des oedèmes siégeant surtout aux membres inférieurs. Sous traitement, le taux de guérison était de 97 %. L’amélioration de l’alimentation des prisonniers et la distribution ciblée de compléments vitaminiques sont essentielles pour prévenir la survenue d’autre épidémie.



ABSTRACT

As a re-emerging disease, beriberi caused by a lack of thiamine in food threatens more and more prisons in developing countries. Indeed in 2008, a beriberi epidemic occurred in a detention house of Côte-d’Ivoire called Maca. The goal of our retrospective investigation was to describe this epidemic in order to improve prisoners’ health. The study related to 131 subjects, 64% of cases affected (N = 205). The total rate of beriberi attack was estimated at 38.6‰. The mean age was 33; all patients were male and they were detained in “Batiment C” (70.2%), synonymous with heavy punishment. They spent about 28.1 month in Maca. The clinical symptoms were neurological signs (swarming: 41%) and cardiovascular signs (dyspnoea: 42%, thoracic pain: 35%). Half of the patients (51%) presented oedemas of the lower limbs. The rate of healing was about 97% when patients followed treatment. Providing good nutrition to the prisoners and the distribution of vitamin complements will avoid other epidemics.



AUTEUR(S)
O. AKÉ-TANO, E.Y. KONAN, E.O. TETCHI, F.K. EKOU, D. EKRA, A. COULIBALY, N.S. DAGNAN

Reçu le 17 septembre 2010.    Accepté le 7 décembre 2010.

MOTS-CLÉS
Maladie nutritionnelle, Béribéri, Épidémie, Prison, Côte-d’Ivoire, Abidjan, Afrique intertropicale

KEYWORDS
Nutritional disease, Beriberi, Epidemic, Prison, Côte-d’Ivoire, Abidjan, Sub-Saharan Africa

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (93 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier