ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 106/1 - 2013  - pp.43-47  - doi:10.1007/s13149-012-0271-8
TITRE
Sexualité et risque de transmission du VIH chez les couples sérodiscordants suivis à l’hôpital de jour du CHU de Ouagadougou (Burkina Faso)

TITLE
Sexuality and risk for sexual transmission of HIV among serodiscordant couples in Ouagadougou, Burkina Faso

RÉSUMÉ

L’objectif de ce travail était d’étudier la sexualité et le risque de transmission sexuelle du VIH chez les couples sérodiscordants à Ouagadougou. Il s’agit d’une étude transversale menée du 1er janvier au 30 juin 2010. Les couples sérodiscordants suivis à l’hôpital de jour du centre hospitalier universitaire Yalgado-Ouédraogo de Ouagadougou ayant accepté de participer ont été inclus dans l’étude. Quatre-vingts couples hétérosexuels dont 67 mariés (83,7 %) ont été étudiés. La sérodiscordance était connue depuis en moyenne quatre ans, et la femme était infectée dans 75 % des couples. Les rapports sexuels, en majorité génitaux, se poursuivaient après l’annonce chez 74 couples (92,5 %). Les deux partenaires étaient satisfaits dans neuf couples (12,2 %). Au moins un partenaire évoquait un dysfonctionnement sexuel dans 78 couples (97,5 %), le plus souvent un trouble du désir (37,2 %). Des rapports extraconjugaux étaient rapportés dans 20 couples (25 %), souvent du fait des hommes (p = 0,03). La transmission sexuelle du VIH et la prévention par le préservatif étaient connues des partenaires dans 78 couples (97,5 %). Cependant, l’utilisation du préservatif n’était pas systématique dans 44 couples (59,5 %), souvent ceux où la femme était séropositive (p = 0,01) surtout par souci d’intimité (37,5 %) et de désir d’enfants (26,25 %).



ABSTRACT

This article is a contribution to improve the management of serodiscordant couples in Ouagadougou. The aim of the study was to explore sexuality and the risk for sexual transmission of HIV among serodiscordant couples followed-up in CHU-YO. The study consisted of a descriptive cross-sectional study conducted over 6 months, from 1 January 2010 to 30 June 2010. A total of 80 heterosexual serodiscordant couples participated. Women were infected with HIV in most cases (75%). The mean age was 37.5 years for HIV partners and 40 years for seronegatives. Men were significantly older than women (p = 0.01). The couples weremarried (83.7%) or cohabiting (16.3%). The average of serodiscordance duration was 4 years. Seventy-four couples (92.5%) engaged in sexual intercourses, mostly vaginal intercourses. Both partners were satisfied only in 9 couples (12.2%). Although most couples (97.5%) knew the use of condoms for HIV prevention, 59.5% did not use it consistently, particularly when women were the seropositive partners (p = 0.01). The lack of privacy (37.5%) and desire of childbearing (26.25%) were the main reasons for not consistently using condoms among couples. Sexual dysfunction was a concern with 97.5% of the couples. The decrease in libido was most common (37.2%). Sexual intercourses with an outside partner were reported in 20 couples (25%), mostly regarding men (p = 0.03). Specific management could improve the quality of sexual life for couples in the light of the difficulties they face and reduce the risk for HIV transmission to negative partners.



AUTEUR(S)
O. GUIRA, H. TIÉNO, S. SAWADOGO, J.Y. DRABO

Reçu le 11 avril 2012.    Accepté le 23 octobre 2012.

MOTS-CLÉS
Sexualité, VIH, Couples sérodiscordants, Hôpital, Ouagadougou, Afrique intertropicale

KEYWORDS
Sexuality, HIV, Serodiscordant couples, Hospital, Ouagadougou, Sub-Saharan Africa

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (104 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier