ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 106/2 - 2013  - pp.104-107  - doi:10.1007/s13149-013-0279-8
TITRE
Le tétanos nosocomial dans le service de référence de l’hôpital National Donka à Conakry (2001–2011)

TITLE
The hospital-borne tetanus in the reference service of the Donka National Hospital in Conakry (2001–2011)

RÉSUMÉ

Les objectifs de cette étude étaient de déterminer la prévalence du tétanos nosocomial, de décrire son tableau clinique et de déterminer sa létalité. Il s’agit d’une étude rétrospective d’une durée de 11 ans réalisée dans le service des maladies infectieuses de Conakry. Parmi 8 649 hospitalisations de 2001 à 2011, nous avons colligé 239 cas de tétanos (2,7%), dont 60 tétanos nosocomiaux (0,7 %). Le sexe masculin a représenté 73 % de ces tétanos avec un sex-ratio H/F de 2,7. La tranche d’âge de 20–40 ans a été la plus touchée avec 32 cas (53,3 %). Un seul patient avait commencé son calendrier vaccinal qui était resté incomplet. Les deux hôpitaux nationaux du CHU de Conakry et les cliniques privées étaient les plus grands pourvoyeurs de ces tétanos nosocomiaux avec respectivement 22 et 27 cas (36,6 et 45 %). Les tétanos post IM de quinine représentaient 26 cas (43,3 %) tandis que la cure herniaire était retrouvée dans 16 cas (26,6 %). La durée moyenne d’invasion et d’incubation était respectivement de 1,5 jours et 6 jours chez les décédés (n = 45,7 %) et 2 jours et 10,5 jours chez les survivants. Trois-quarts des 60 malades sont morts. La lutte contre cette forme de tétanos passe nécessairement par une amélioration des conditions de travail, une application stricte des règles d’asepsie et la formation continue du personnel médical et paramédical.



ABSTRACT

Become almost non-existent in the developed countries, the hospital-borne tetanus always stays of current events in our country in spite of the forensic problem which it puts. The objectives of this study were to determine prevalence of this affection, to describe its clinical picture and to determine its lethality. It is about a retrospective study of a duration of 11 years realized in the service of the infectious diseases of Conakry. Among 8649 hospitalizations from 2001 till 2012 we brought together 239 cases of tetanus (2.7%) among which 60 hospital-borne tetanus (0.7%). Men represented 73% of these cases, with a sex-ratio M/F of 2.7. The age bracket of 20–40 years was the most affected with 32 cases (53.3%). A single patient had begun his vaccinal calendar which had remained incomplete. Both national hospitals of the CHU of Conakry and private hospitals were the biggest suppliers of this hospital-borne tetanus with respectively 22 and 27 cases (36.6 and 45%). Tetanus related to IM of quinine represented 26 cases (43.3%) whereas the hernial cure was found in 16 cases (26.6%). The average duration of invasion and incubation was respectively 1.5 days and 6 days for the dead (n = 45.7%) and 2 days and 10.5 days for the survivors. Three-quarters of 60 patients died. The fight against this type of tetanus passes inevitably by an improvement of the working conditions, a strict application of the rules of asepsis and the in-service training of the medical and paramedical staff.



AUTEUR(S)
F.A. TRAORÉ, A.S. YOULA, F.B. SAKO, M.S. SOW, M. KEITA, D.O. KPAMY, M. TRAORÉ

Reçu le 4 août 2012.    Accepté le 29 janvier 2013.

MOTS-CLÉS
Tétanos, Nosocomial, Quinine, Hôpital, Conakry, Afrique intertropicale

KEYWORDS
Tetanus, Hospital-borne, Quinine, Hospital, Conakry, Sub-Saharan Africa

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (89 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier