ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 107/4 - 2014  - pp.273-278  - doi:10.1007/s13149-014-0334-4
TITRE
La relégation sociale des veuves vivant avec le VIH au temps des antirétroviraux au Sénégal

TITLE
The social relegation of widows living with HIV in the time of ART in Senegal

RÉSUMÉ

Alors que le veuvage prolongé est inhabituel dans la société sénégalaise, des femmes veuves vivant avec le VIH sous traitement antirétroviral depuis dix ans sont restées célibataires. Leur maintien dans cette situation résulte-t-il d’une incapacité à se remarier ou d’un refus de leur part ? Pour comprendre les conditions et les motifs de cette absence de « normalisation matrimoniale », une étude qualitative par entretiens a été menée à Dakar auprès de 31 veuves. Leurs conditions de vie sont pour la plupart marquées par les difficultés économiques, la dépendance envers les familles qui les accueillent, et les responsabilités vis-à-vis de leurs enfants. Elles refusent de se remarier, regrettent de ne pouvoir le faire, ou le souhaitent sans y parvenir, malgré l’existence locale de formes sociales d’union matrimoniale qui répondraient à leur situation. Le refus de révéler leur statut VIH combiné avec l’auto-stigmatisation les empêche d’améliorer leur condition. Cette forme de vulnérabilité sociale qui subsiste après la restauration de l’état de santé est ignorée des politiques publiques et des revendications associatives.



ABSTRACT

While prolonged widowhood is unusual in Senegalese society, some women living with HIV receiving antiretroviral therapy for ten years remained widows. Are they maintained in this situation for refusing or being unable to remarry? To understand the conditions and the reasons for this lack of “matrimonial normalization”, a qualitative interview study was conducted in Dakar with 31 widows. Their living conditions are mostly marked by economic difficulties, dependence on host families, and responsibilities visà-vis their children. They refuse to remarry, regret not being able to, or wish to without success, despite the existence locally of social forms of marital union that would respond to their situation. The refusal to disclose their HIV status combined with self-stigma prevent them from improving their condition. This form of social vulnerability that remains beyond the restoration of health is ignored by public policy and HIV/AIDS community based organizations claims. It should be acknowledged and considered for defending PLWAs’ rights.



AUTEUR(S)
A. DESCLAUX, S. BOYE, B. TAVERNE

Reçu le 10 septembre 2012.    Accepté le 14 janvier 2014.

MOTS-CLÉS
Cohorte ANRS 1215, Veuves, Célibat, VIH, Étude qualitative, Vulnérabilité sociale, Stigmatisation, Inégalités de genre, Sénégal, Afrique intertropicale

KEYWORDS
ANRS Cohort 1215, Widows, Celibacy, HIV, Qualitative study, Social vulnerability, Stigma, Gender inequality, Senegal, Sub-Saharan Africa

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (112 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier