ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 103/2 - 2010  - pp.75-79  - doi:10.1007/s13149-010-0046-z
TITRE
Éducation des mères et gravité de l’état des enfants présentés aux urgences de l’hôpital Joseph-Raseta-Befelatanana, Madagascar. Quelles implications ?

TITLE
Mother’s educational level and children’s illness severity in the emergency unit of Joseph-Raseta-Befelatanana Hospital. What kind of implications?

RÉSUMÉ

Les conditions socio-éducationnelles des parents constituent un facteur d’inégalité dans l’accès aux soins de leurs enfants. En mai 2009, le niveau d’éducation des parents d’enfants consultant au triage d’un service de pédiatrie d’Antananarivo, Madagascar, a été analysé et relié à la gravité de l’état de santé des enfants et au type de recours aux soins. Tous les enfants (2 mois–15 ans) ont été inclus et classés en: 1) malade grave ou non grave (algorithmes de la PCIME, OMS); 2) niveau d’instruction de leur mère (illettrée, primaire, secondaire ou universitaire); 3) qualité de l’agent référent (médecins publics, privés, agents paramédicaux ou autoréférence). Parmi 296 patients, 9 (3 %) sont décédés à l’admission, 217 (75,6 %) [âge moyen: 56,3 mois] ont été inclus. Parmi eux, 123 (56,7 %) étaient des cas graves, dont 83 (38,2 %) présentant des signes généraux de danger. La gravité (92,3 versus 54,4 %; p = 0,003), le taux de déshydratation sévère (15,4 versus 3,9 %; p = 0,027) et la malnutrition (15,4 versus 4,4 %; p = 0,039) augmentaient avec le faible degré d’éducation. Parmi les enfants, 56,7 % étaient référés par des médecins libéraux, 26,7 % par les agents des services publics et 1,8 % par des agents paramédicaux. Les mères de niveau secondaire ou supérieur tendaient à consulter davantage les médecins libéraux (58 versus 41,9 %; p = 0,1). Le délai de référence était plus court lorsqu’il s’agissait de cas graves (6,4 versus 19,6 jours; p < 0,000) ou de patients autoréférés. Malgré une prise en charge médicalisée à deux niveaux (85,3 %), la fréquence d’enfants en état de gravité majeure est préoccupante, particulièrement parmi les familles à niveau d’instruction faible. Cela suggère de cibler en priorité l’éducation des mères à faible niveau d’instruction, de faciliter leur reconnaissance des signes de gravité et l’accès précoce au traitement de première ligne.



ABSTRACT

The parents ‘educational conditions are one of the factors of health inequalities among children. During May 2009, the parents’ instruction level of children admitted at the triage unit of a Pediatric Service in Antananarivo, Madagascar was evaluated and related to the severity of their children’ health status and to the mode of reference. All the surviving children (from 2 months to 15 years old) were included in this study. Patients were classified by the IMCI guideline and we analyzed the educational level of their mothers. Each patient was classified as severe illness or without severe illness, according to IMCI algorithm. The quality of referring physician was recorded: public physicians, liberal physicians, nurses, or without referral. Among 296 children, 9 (3%) died before admission, 217 (75.6%) were included. Among them, 123 (56.7%) had a severe illness and 38,2% general signs of danger. The severity (92.3 versus 54.4%; P = 0.003), the number of severe dehydration (15.4 versus 3.9%; P = 0,027) and malnutrition (15.4 versus 4.4%; P = 0.039) were related with a poor parents educational level. The referral agents were mostly liberal physicians (56.7%), public physicians (26.7%) or nurses (1.8%). Mothers with higher educational level preferred to attend liberal physicians (58 versus 41.9%; P = 0.1). The reference delay was shorter if there was a severe illness (6.41 versus 19.6 days; P < 0.000) or no medical referral (51.1 versus 24.4%; P > 0.000). Despite the fact that access to hospital care was respectful of a two-step process (85.3%), the number of patients with severe illness was high among families with low educational level. Theses results suggest to educate in priority the mother with low education, in order to recognize the general signs of danger and facilitate early first health care.



AUTEUR(S)
T. RAVELOMANANA, M. RAKOTOMAHEFA, N. RANDRIANAIVO, S.H. RAOBIJAONA, H. BARENNES

Reçu le 25 septembre 2009.    Accepté le 9 février 2010.

MOTS-CLÉS
État de santé, Inégalité sociale, Niveau d’instruction, Mère, PCIME, Hôpital, Antananarivo, Madagascar, Océan Indien

KEYWORDS
Health, Social inequality, Instruction level, Mother, IMCI, Hospital, Antananarivo, Madagascar, Indian Ocean

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (102 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier