ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 103/4 - 2010  - pp.264-271  - doi:10.1007/s13149-010-0062-z
TITRE
Régime alimentaire des glossines et diversité des espèces de trypanosomes dans un foyer actif de trypanosomose humaine africaine au Gabon

TITLE
Glossina feeding habits and diversity of species of trypanosomes in an active focus of human African trypanosomiasis in Gabon

RÉSUMÉ

La glossine se nourrit à la fois sur l’homme et sur l’animal, et la proportion de différentes espèces de trypanosomes dans un biotope est en relation avec les espèces d’hôtes sur lesquels se nourrissent les glossines. Afin d’identifier les espèces de trypanosomes circulantes et de vérifier s’il existait une quelconque relation entre la prévalence de la trypanosomose humaine africaine (THA) et le régime alimentaire des glossines, nous avons mené une enquête entomologique dans le foyer de Komo-Mondah au Gabon. Cette enquête a été suivie de deux analyses par PCR et par Elisa pour l’identification des espèces de trypanosomes et de l’origine des repas de sang des glossines. Trois espèces de trypanosomes ont été identifiées: Trypanosoma congolense « type forêt » (14/104; 13,46 %), Trypanosoma vivax (11/104; 10,58 %), Trypanosoma brucei s.l. (65/104; 62,5 %) avec 13,46 % (14/104) d’infections mixtes à T. brucei s.l. et à T. congolense. Toutes ces espèces de trypanosomes ont été retrouvées chez Glossina palpalis palpalis qui représentent 91,85 % des captures. Aucune espèce de Glossina caliginea n’était infestée, tandis que Glossina fuscipes fuscipes était infestée par T. brucei s.l. L’animal est le principal hôte nourricier de la glossine (70,80 %) dans la plupart des villages, cependant l’origine des repas (homme ou animal) n’est pas significativement différente (Chi2 = 7,43; p > 0,05). Une corrélation négative a été observée entre l’indice de zoophilie/anthropophilie et la prévalence de la THA. Ce résultat ne nous permet pas de conclure que cet indice est un indicateur fiable du niveau d’endémicité de la THA, contrairement au risque trypanosomien qui semble bien révéler le degré d’endémicité de la THA dans un foyer. L’identification du réservoir animal permettrait de mieux comprendre l’épidémiologie de la THA dans ce foyer.



ABSTRACT

Feeding host is an important factor upon which depend the Glossina infection rate and the proportion of different species of trypanosome. Glossina feed both upon animals and humans. In order to identify species of trypanosomes present in the Komo-Mondah focus and to verify whether there is any relationship between the prevalence of sleeping sickness and the feeding habits of Glossina, we have carried out an entomological survey in this focus of Gabon. Flies were dissected and organs were analysed by PCR, while the origin of blood meals was determined by ELISA. Three species of trypanosomes were found: Trypanosoma congolense “forest type” (14/104; 13.46%), Trypanosoma vivax (11/104; 10.58%) and Trypanosoma brucei s.l. (65/104; 62.5%) with 13.46% (14/104) of mixed infections of T. brucei s.l. and T. congolense Glossina palpalis palpalis was caught in all biotopes investigated (91.85%) and was infected by all these species of trypanosomes. Glossina caliginea was not infected and Glossina fuscipes fuscipes was infected by T. brucei s.l. Tsetse flies feed more on animals than on humans in almost all villages, but there was no significant difference between the number of blood meals taken upon these two groups of vertebrates (Chi 2 = 7.43; p > 0.05). A negative correlation was found between the zoophylic/anthropophylic index and the prevalence of HAT. This result is insufficient to conclude that this index can be used as an indicator of the degree of prevalence of HAT. In contrary, the trypanosomian risk seems to be an appropriate indicator of the prevalence of HAT in an area. The identification of the reservoir hosts in this focus would be useful for a good understanding of the HAT epidemiology.



AUTEUR(S)
L. KOHAGNE TONGUÉ, P. MENGUE M’EYI, R. MIMPFOUNDI, F.J. LOUIS

Reçu le 16 juin 2009.    Accepté le 2 mars 2010.

MOTS-CLÉS
Glossine, Hôte nourricier, Trypanosome, Trypanosomose humaine africaine, Trypanosomose animale, Zoophilie/anthropophilie, Trypanosoma congolense , Trypanosoma vivax , Trypanosoma brucei , Glossina fuscipes fuscipes , Glossina palpalis palpalis , Glossina caliginea , Komo-Mondah, Noya, Akok, Ngouandji, Nô Ayong, Biyemame, Milembié, Bissobinam, Gabon, Afrique intertropicale

KEYWORDS
Glossina, Host feeding, Trypanosome, Human African trypanosomiasis, Animal trypanosomiasis, Zoophilia/anthropophilia, Trypanosoma congolense , Trypanosoma vivax , Trypanosoma bruce , Glossina fuscipes fuscipes , Glossina palpalis palpalis , Glossina caliginea , Komo-Mondah, Noya, Akok, Ngouandji, Nô Ayong, Biyemame, Milembié, Bissobinam, Gabon, Sub-Saharan Africa

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (293 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier