ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 104/3 - 2011  - pp.205-208  - doi:10.1007/s13149-011-0160-6
TITRE
HTLV-1 et don de lait maternel

TITLE
HTLV and “donating” milk

RÉSUMÉ

En France, le dépistage de l’HTLV-1 et de l’HTLV-2 (human Tcell leukemia/lymphoma virus type 1 et 2) lors du don de lait de femme a été mis en oeuvre dès 1992 avec l’application de la circulaire DGS du 24 novembre 1992. La recherche des anticorps (Ac) dirigés contre ces virus est réglementée et systématique lors de chaque don de lait. Le lait de femme étant le principal mode de transmission de l’HTLV-1, le dernier arrêté ministériel du 25 août 2010 a rendu le test de dépistage obligatoire pour le don anonyme comme pour le don personnalisé (d’une mère pour son propre enfant) et cela quelle que soit la population de femmes concernées. Le lait délivré par les lactariums est pasteurisé (à 62,5 °C durant 30 minutes) avant d’être recongelé à −18 °C, ce qui permet une inactivation des pathogènes. Ce double moyen de prévention de la transmission de l’HTLV-1 peut paraître paradoxalement démesuré à côté de l’absence de mesure préventive vis-à-vis de l’allaitement maternel direct et de l’utilisation de lait de mère cru. En effet, l’administration de lait cru dans les services de néonatalogie où les premières mises au sein en maternité se font dans la majeure partie des cas sans contrôle préalable systématique des sérologies HTLV-1 de la mère. Une sensibilisation de la communauté des obstétriciens, des sages-femmes et des néonatalogistes par l’Association des lactariums de France (ADLF) et la Société de pathologie exotique pourrait faire évoluer la question du dépistage de l’HTLV-1 pour le don de lait et l’allaitement maternel.



ABSTRACT

In France, the screening for human T-cell leukemia/ lymphoma virus type 1 and 2 (HTLV-1and HTLV-2) during the donation of human milk has been carried out from 1992 with the application of the circular DGS 24 November 1992. The screening for antibodies against these viruses is regulated and done systematically during every donation of milk. Breast feeding being the main mode of transmission of the HTLV-1, the last ministerial decree of 25 August 2010 has made the screening test compulsory for the anonymous donation and for the personalized donation (of a mother for her own child) from all women including those affected by the infection. The milk delivered by milk banks is pasteurized (62.5 °C for 30 minutes) before freezing at −18 °C, which inactivates the pathogens. This double means of prevention of the transmission of the HTLV-1 paradoxically seems disproportionate in the absence of any precautionary measure in the case of direct breast-feeding and the use of mother’s raw milk. Indeed, in most neonatal intensive care units inmaternity hospitals, unpasteurized milk is administered to the neonates without any systematic preliminary testing of the serological HTLV-1 status of the mother. An increased sensitization of the community of the obstetricians, midwives and neonatologists by the Association of the Milk Banks of France (ADLF) and the Société de pathologie exotique could address the issue of screening for HTLV-1 in “donated” milk and breast-feeding.



AUTEUR(S)
V. RIGOURD, V. MEYER, F. KIEFFER, S. AUBRY, J.-F. MAGNY

Reçu le 22 décembre 2010.    Accepté le 8 mars 2011.

MOTS-CLÉS
HTLV, Allaitement maternel, Don de lait, Pasteurisation, Tests de dépistage, Lactarium, France

KEYWORDS
HTLV, Breast-feeding, “Donating” milk, Pasteurization, Screening tests, Milk bank, France

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (83 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier