ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 104/4 - 2011  - pp.296-302  - doi:10.1007/s13149-010-0128-y
TITRE
Investigations entomologiques menées autour de dix cas de fièvre jaune survenus en 2009 dans la région sanitaire du Denguélé, Côte-d’Ivoire

TITLE
Entomological investigations conducted around ten cases of yellow fever in 2009 in the Denguélé sanitary region, Côte-d’Ivoire

RÉSUMÉ

En novembre 2009, dix cas suspects de fièvre jaune incluant des positifs en IgM antiamaril ont été notifiés dans le nord-ouest de la Côte-d’Ivoire. Afin d’évaluer l’ampleur de la circulation virale et le risque que cela constitue pour la population locale, une mission entomologique a été diligentée par le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique de Côte-d’Ivoire, essentiellement dans les villages où des cas de fièvre jaune ont été confirmés (Banakoro et Tron-Touba), et les centres de consultation et d’hospitalisation fréquentés. Les indices stégomyiens concernant les stades larvaires étaient quasi nuls. Aedes aegypti n’était pas retrouvé parmi les moustiques adultes capturés. En revanche, Aedes luteocephalus et Aedes opok ont été rencontrés respectivement à Banakoro et à Tron-Touba avec une agressivité moyenne de 0,8 à 0,6 piqûre/homme par soirée. Cette situation d’épidémie dans le nord-ouest de la Côte-d’Ivoire pourrait s’expliquer par la dégradation du système sanitaire de la région du Denguélé, conséquence de la crise politicomilitaire survenue depuis l’année 2002; ce qui a entraîné une baisse probable de la couverture vaccinale de la population du Denguélé.



ABSTRACT

In November 2009, ten suspicious cases of yellow fever, including six deaths, were notified in the region of Denguélé, in the northwest of Côte-d’Ivoire. In order to evaluate the extent of yellow fever virus circulation and the risk for local people, a mission of entomological investigation was carried out by the Ministry of Health and Public Hygiene of Côte-d’Ivoire. Entomological investigations were conducted in the villages of confirmed cases (Banakoro and Tron-Touba) and the centers of consultation and hospitalization of cases during illness. Breteau index and recipient index were quasi nil. Aedes aegypti was absent among the captured mosquitoes. On the other hand, Aedes luteocephalus and Aedes opok were present at Banakoro and Tron-Touba with respective average biting rates of 0.8 and 0.6 bite/man/twilight. This situation of epidemic in the northwest of Côte-d’Ivoire could be explained by the deterioration of Denguélé region’s health system which is a consequence of the war started in the country in 2002 and which has lowered the immunity of the population.



AUTEUR(S)
Y.L. KONAN, D. FOFANA, Z.I. COULIBALY, A. DIALLO, A.B. KONÉ, J.M. C. DOANNIO, K.D. EKRA, P. ODÉHOURI-KOUDOU

Reçu le 1 juillet 2010.    Accepté le 16 novembre 2010.

MOTS-CLÉS
Fièvre jaune, Aedes luteocephalus , Aedes opok , Denguélé, Banakoro, Tron-Touba, Kéningoura, Kaniasso, Odienné, Côte-d’Ivoire, Afrique intertropicale

KEYWORDS
Yellow fever, Aedes luteocephalus , Aedes opok , Denguélé, Banakoro, Tron-Touba, Kéningoura, Kaniasso, Odienné, Côte-d’Ivoire, Sub-Saharan Africa

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (254 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier