ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 104/4 - 2011  - pp.284-287  - doi:10.1007/s13149-010-0129-x
TITRE
Diagnostic et prise en charge du paludisme grave chez l’adulte : observance des directives nationales au Burkina Faso

TITLE
Case management and diagnosis of severe malaria in adults and the application of national guidelines in Burkina Faso

RÉSUMÉ

L’objectif de cette étude était de déterminer l’application des directives nationales élaborées par le ministère de la Santé pour le diagnostic et la prise en charge du paludisme grave chez l’adulte dans un centre hospitalier régional (CHR), celui de Fada N’Gourma à l’est du Burkina Faso. Nous avons mené une étude rétrospective de 165 dossiers de patients choisis par sondage aléatoire simple, admis en 2008 au CHR de Fada N’Gourma pour paludisme grave présumé. Les signes de gravité ont été répertoriés et l’applicabilité du diagnostic de paludisme grave évaluée. L’âge des patients était de 38 ans ± 16,2 et le sex-ratio homme/femme de 0,96. Près de la moitié des cas (45,1 %) ont été admis entre les mois de juillet et d’octobre. La fièvre ou un antécédent récent de fièvre ont été notés chez 142 des cas présumés (86,1 %). Seuls 74 cas (44,8 %) avaient au moins un signe de gravité. L’anémie (51,3 %) était le signe prédominant, suivie du collapsus (7,9 %), de l’ictère (7,3 %), de la dyspnée (6,7 %), des troubles de la conscience (5,5 %), de la prostration (5,5 %), de l’insuffisance rénale (4,8 %), de l’hypoglycémie (2,4 %), des signes hémorragiques (1,8 %) et des convulsions (1,2 %). La recherche des signes de gravité biologiques n’était pas systématique. La goutte épaisse a été réalisée dans 91 cas (55,1 %). Elle était positive dans 18 cas (19,8 %), sans précision de la densité parasitaire. Selon les directives nationales, le diagnostic de paludisme grave était applicable à seulement 18 cas (10,9 %); pour 147 cas (89,1 %), il s’agissait d’un surdiagnostic. Il faut souligner que l’investigation était incomplète pour 74 d’entre eux (50,3 %). Sur les 165 cas présumés, le traitement était approprié dans 146 cas (88,5 %); 19 cas (11,5 %) n’avaient pas reçu de traitement antipalustre. Le paludisme grave peut être autant surdiagnostiqué que sous-diagnostiqué, faute d’application ou de réalisation des directives.



ABSTRACT

The purpose of this study was to assess the application of national guidelines on the diagnosis and treatment of severe malaria in adults in Burkina Faso. We conducted a retrospective study of medical records of the patients admitted for severe malaria in the emergency service of the regional hospital of Fada N’Gourma in the east of Burkina Faso in the year 2008; 165 records were chosen by simple random sampling. We reported all the severe clinical and biological signs of malaria and its treatment. We compared them with the criteria of severe malaria diagnosis and its treatment according to the national guidelines. Themean age of patients was 38 ± 16.2 and male to female ratio was 0.96. The most frequent period of admissions was between July and October. Fever or recent past of fever was reported in 142 cases (86.1%). According to the two criteria for severe malaria (means existing of at least one of the severe signs associated and positive parasitemia with Falciparum plasmodium), we noted that only 74 cases had at least one of the severe signs (44.8%) which were: anemia (51.3%), cardiovascular collapse (7.9%), jaundice (7.3%), dyspnea (6.7%), impairment of consciousness (5.5%), prostration (5.5%), renal failure (4.8%), hypoglycemia (2.4%), hemorrhage (1.8%) and seizures (1.2%). The biological signs were not systematically searched. Parasitological exam was conducted in 91 cases (55.1%). Only 18 were positive (19.8%). In total, only 18 cases (10.9%) met the guidelines’ criteria of severe malaria. The other cases wereover-diagnosed; note that the investigation was not complete for 74 of these cases (50.3%). Among the 165 cases, the treatment was appropriate in 146 (88.5%) and19 cases (11.5%) didn’t receive treatment for malaria.

So much we observed an over diagnosis of severe malaria in adults that we can suggest an under diagnosis of the disease due to the lack of biological investigations.



AUTEUR(S)
T.M. YAMÉOGO, C.G. KYELEM, S.M. OUÉDRAOGO, O.J. DIALLO, L. MOYENGA, G.E. A. PODA, T.R. GUIGUEMDÉ

Reçu le 14 juillet 2010.    Accepté le 7 décembre 2010.

MOTS-CLÉS
Paludisme grave, Adultes, Diagnostic et traitement, Directives nationales, Hôpital, Fada N’Gourma, Burkina Faso, Afrique intertropicale

KEYWORDS
Severe malaria, Adults, Diagnosis and treatment, Guidelines, Hospital, Fada N’Gourma, Burkina Faso, Sub-Saharan Africa

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (107 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier