ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 108/5 - 2015  - pp.369-372  - doi:10.1007/s13149-015-0451-4
TITRE
Les accidents d’exposition au sang : connaissances et pratiques des personnels de santé d’un hôpital du Mali

TITLE
Blood exposure accidents: knowledge and practices of hospital health workers in Mali

RÉSUMÉ

Il s’agit d’une étude prospective réalisée en décembre 2012 auprès de 128 soignants de l’Hôpital Nianankoro Fomba de Ségou au Mali. Le but était d’évaluer leurs connaissances et pratiques sur les accidents d’exposition au sang (AES). L’âge moyen des soignants était de 35,4 ± 9 ans (extrêmes : 22 - 59 ans). Les infirmiers étaient prédominants avec 37,5 %. Les principaux agents infectieux transmissibles (VIH, VHB et VHC) étaient ignorés par 76,6 %. L’interrogatoire a révélé que, au cours des soins, 78,9 % portaient des gants et 36,0 % recapuchonnaient les aiguilles après usage. La notion de lavage et de désinfection après un AES était connue par 68,8 %. Le désinfectant appliqué était correct pour 21,9 % et le temps d’application pour 69,5 %. La consultation d’un médecin référent après un AES était obligatoire selon 32 %. Le délai de 48 heures pour déclarer l’AES était connu par 51,3 %. Parmi le personnel interviewé, 82 soignants (64,1 %) ont été victimes au moins d’un AES. Les étudiants étaient les plus exposés. Les piqûres étaient les plus fréquentes (73,2 %). Les AES constituent un problème majeur à l’Hôpital Nianankoro Fomba de Ségou. Le respect des précautions standards n’est pas de pratique courante. La prise en charge post-exposition n’est pas connue par tous. Les cas vécus montrent une mauvaise prise en charge des AES dans la structure.



ABSTRACT

This is a prospective study conducted in December 2012 among 128 at the Nianankoro Fomba Hospital in Segou in order to assess their knowledge and practices on Blood Exposure Accidents (BEA). The average age of caregivers was 35.4 ± 9 years (range: 22-59 years). The nurses were predominant with 37.5%. The definition of BEA was mastered by 43.8%. The main transmissible infectious agents (HIV, HBV and HCV) were ignored by 76.6%. Questioning revealed that during the treatment, 78.9% wore gloves and 36.0% recapped needles after use. The concept of washing and disinfection after BEA was known by 68.8%. The disinfectant applied was correct for 21.9% of the cases, the time of application for 69.5%. Consulting a referring physician after BEA was mandatory for 32% of them. The time limit of 48 hours delay for the declaration of BEA was experienced by 51.3%. Among staff interviewed 82 caregivers (64.1%) experienced at least one BEA. Students and nursing students were most at risk. Needle pricks were the most frequent (73.2%). BEA is a major problem in the Segou Nianankoro Fomba Hospital. Compliance with standard precautions is not of common practice. Post-exposure care is not widely known. The experienced cases show poor management of BEA in the structure.



AUTEUR(S)
M.C. KONÉ, K.K. MALLÉ

Reçu le 21 août 2014.    Accepté le 11 août 2015.

MOTS-CLÉS
Accidents d’exposition au sang, AES, Personnel soignant, Observance, Contamination, Connaissances, Attitudes, Pratiques, Précautions standards, Bonnes pratiques de soins, Hôpital, Ségou, Mali, Afrique intertropicale

KEYWORDS
Blood Exposure Accidents, BEA, Caregivers, Observance, Contamination, Knowledge, Attitudes, Practices, Standard precautions, Good care practices, Hospital, Segou, Mali, Sub-Saharan Africa

BIBLIOGRAPHIE
bspe.revuesonline.com/revues/51/10.1007/s13149-015-0451-4.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (114 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier