ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 109/4 - 2016  - pp.218-235  - doi:10.1007/s13149-016-0511-4
TITRE
Aspects épidémiologiques de la maladie à virus Ebola en Guinée (décembre 2013–avril 2016)

TITLE
Epidemiological Aspects of Ebola Virus Disease in Guinea (December 2013–April 2016)

RÉSUMÉ

Le virus Ebola de l’espèce Zaïre variant Makona, entre son émergence en décembre 2013 et avril 2016, a provoqué en Guinée une épidémie d’une importance et d’une gravité sans précédent, avec 3 814 cas notifiés, dont 3 358 ont été confirmés (88,0 %) et 2 544 (66,7 %) sont décédés. L’épidémie a évolué en plusieurs phases : une phase silencieuse sans identification des cas qui sont tous décédés jusqu’en février 2014 ; une première recrudescence à partir de mars 2014, où l’alerte est lancée et le virus identifié, qui va durer jusqu’en juillet 2014 ; une deuxième recrudescence, qui va être la plus intense, à partir d’août 2014 jusqu’à janvier 2015 centrée principalement sur la Guinée forestière et une dernière recrudescence à partir de février 2015 centrée sur la Basse-Guinée et la capitale Conakry. L’adaptation en 2015 des stratégies de lutte (initiative « Zéro Ebola en 60 jours », recherche active de cas et de décès suspects et sensibilisation des préfectures actives, microcerclage des dernières localités touchées et ratissage autour de ces localités) et la vaccination des contacts en ceinture autour des cas confirmés ont permis de contrôler progressivement l’épidémie principalement en octobre 2015. Mais un survivant excrétant du virus a été à l’origine en zone forestière d’une résurgence entre mars et avril 2016, avec dix cas dont huit sont décédés. Cette épidémie a plus particulièrement touché la région de la Guinée forestière (44 % des cas et 48 % des décès guinéens), les femmes les plus âgées (≥ 50 ans) et les professionnels de santé (211 cas dont 115 décédés), et près du tiers des malades (32,6 %) n’ont pas été pris en charge dans les centres Ebola. L’épidémie est marquée actuellement par la résurgence de petits foyers à partir de sujets guéris excrétant du virus, qui ont été contrôlés jusqu’à présent avec succès. Les survivants font l’objet d’une attention particulière. Il est nécessaire de tirer tous les enseignements de la riposte afin de mieux préparer l’avenir, d’améliorer les connaissances sur l’histoire naturelle de la maladie à virus Ebola et de repenser la communication avec la population et ses leaders.



ABSTRACT

Ebola Zaire species variant Makona between its emergence in December 2013 and April 2016, resulted in an epidemic of Guinea importance and unprecedented gravity with 3814 reported cases of which 3358 were confirmed (88.0%) and 2544 were died (66.7%). The epidemic has evolved in phases: a silent phase without identification of all fatal cases until February 2014; a first outbreak from March 2014, when the alarm is raised and the virus detected, which lasted until July 2014; a second increase, which was the most intense, from August 2014 to January 2015 focused primarily on the forest Guinea; and a final increase from February 2015 centered on lower Guinea and the capital Conakry. Adapting strategies in 2015 (initiative “Zero Ebola in 60 days” active case search and suspicious deaths and awareness of active prefectures, microbanding the last affected communities and raking around these localities) and ring vaccination of contacts around confirmed cases has allowed to gradually control the main outbreak in October 2015. But a survivor was originally resurgence in forest areas between March and April 2016 with 10 cases including 8 deaths. The epidemic has particularly affected the forest Guinea region (44% and 48% of Guinean cases and deaths), elderly women (≥ 50 years), and health professionals (211 cases including 115 deaths); however, almost one-third of the patients (32.6%) was not provided supportive care in the Ebola centers. The epidemic is currently marked by the resurgence of small foci, from excreting subjects cured of the virus who have been controlled so far successfully. The survivors are the subject of special attention. It is necessary to learn lessons from the response to better prepare for the future, to improve knowledge about the natural history of the Ebola virus disease, and to rethink communication in this regard with the public and its leaders.



AUTEUR(S)
R. MIGLIANI, S. KEÏTA, B. DIALLO, S. MESFIN, W. PEREA, B. DAHL, G. RODIER

Reçu le 2 mai 2016.    Accepté le 3 mai 2016.

MOTS-CLÉS
Ebola, Épidémie, Létalité, Épidémiologie, Guinée, Afrique intertropicale

KEYWORDS
Ebola, Outbreak, Case fatality, Guinea, Sub-Saharan Africa

BIBLIOGRAPHIE
bspe.revuesonline.com/revues/51/10.1007/s13149-016-0511-4.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (2,6 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier