ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 110/5 - 2017  - pp.318-325  - doi:10.1007/s13149-017-0582-x
TITRE
Impact du retard de ponte sur la reproduction, l’habitude de gorgement et la mortalité chez les femelles gravides d’Anopheles gambiae (Diptera Culicidae)

TITLE
Impact of Egg Laying Delay on Reproduction, Gorging Habit and Mortality in Gravid Females Anopheles gambiae (Diptera Culicidae)

RÉSUMÉ

Le principal vecteur du paludisme Anopheles gambiae maintient la transmission du paludisme sur de longues périodes, du fait de son exceptionnelle longévité et surtout de son importante faculté d’adaptation à divers environnements. Le but de cette étude est de comprendre l’impact de la durée prédéfinie du retard de ponte qui caractérise les longues saisons sèches sur la dynamique de la reproduction, l’habitude de gorgement et la mortalité des femelles gravides d’Anopheles gambiae. À cet effet, des femelles gravides d’An. gambiae en attente de ponte, préalablement nourries au sang ont été gardées en observation dans des cages, pendant plusieurs semaines. Puis, au terme de durées prédéfinies d’observation, ces femelles gravides ont été mises en ponte individuelle et le cycle de développement des œufs pondus a été étudié en le comparant à celui des œufs pondus dans les conditions normales (témoins). Par ailleurs, l’habitude de gorgement et la mortalité chez les femelles gravides ont été étudiées. Les résultats obtenus montrent que le nombre moyen d’œufs par ponte des femelles contraintes de conserver leurs œufs pendant plusieurs jours varie peu de celle des femelles chez qui aucune rétention d’œufs n’a été effectuée. Le taux d’éclosion était de 86,2 % en absence de toute rétention et de 31 % après une rétention de 50 jours. Le taux d’émergence des adultes était de 77,7 % en absence de toute rétention et de 18,3 % pour les œufs pondus après 50 jours de rétention. À partir de 20 jours de rétention, le taux d’émergence a baissé significativement de 0,89 fois par rapport à celui des femelles témoins. Le taux de gorgement des femelles gravides est passé de 96,7 % au 1er repas sanguin à 12,5 % au 10e. Par ailleurs, le taux de mortalité des femelles gravides en attente de ponte est 0,36 fois moins élevé que celui des non gravides.



ABSTRACT

The main vector of malaria Anopheles gambiae maintains the transmission of malaria over long periods of time, because of the exceptional longevity and great ability to adapt to various environments. The aim of this study is to understand the impact of the predefined egg laying delay that characterizes long dry seasons on reproductive dynamics, feeding habit, and mortality rate of An. gambiae gravid females. For this purpose, gravid females of An. gambiae awaiting laying, previously fed with blood were kept under observation in cages for several weeks. Then, at the end of predefined periods of observation, these gravid females were individually made to lay eggs, and the development cycle of eggs was studied in comparison with eggs laid in the normal conditions (controls). In addition, the behaviour of feeding and mortality rate were studied in gravid females kept in cages, without laying, for several weeks. The results obtained show that the average egg-laying number of the control females varies little from that of the females obliged to retain their eggs in abdomen for several days. The hatching rate was 86.2% in no retention batches and 31% in a 50-day retention batches. The adults’ emergence rate was 77.7% in no eggs retention batches and 18.3% for eggs laid after 50 days of retention. In the batches of eggs with 20 days of retention, the emergence rate decreased significantly 0.89 times compared to control batches. The feeding rate of gravid females increased from 96.7% at the 1st blood meal to 12.5% at the 10th. In addition, the mortality rate of gravid females awaiting for laying is 0.36 times lower than that of no gravid females.



AUTEUR(S)
D. S. TOURÉ, A. F. OUATTARA, K. D. KRA, K. E. KWADJO, M. KONÉ, M. DOUMBIA, J. M. C. DOANNIO

Reçu le 19 septembre 2017.    Accepté le 16 novembre 2017.

MOTS-CLÉS
Anopheles gambiae, Souche sauvage, Femelles gravides, Rétention d’œufs, Repas sanguin, Longo, Niakaramandougou, Gossonkaha, Bémavogo, Nalourgokaha, Kiémou, Côte d’Ivoire, Afrique intertropicale

KEYWORDS
Anopheles gambiae, Wild strain, Gravid females, Egg retention, Blood meal, Longo, Niakaramandougou, Gossonkaha, Bémavogo, Nalourgokaha, Kiémou, Côte d’Ivoire, Sub-Saharan Africa

BIBLIOGRAPHIE
bspe.revuesonline.com/revues/51/10.1007/s13149-017-0582-x.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (326 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier