ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Bulletin de la Société de Pathologie Exotique

0037-9085
 

 ARTICLE VOL 112/1 - 2019  - pp.5-6  - doi:10.3166/bspe-2019-0076
TITRE
Communiqué de l’Académie nationale Médecine (séance du 19 février 2019)
Sur la proposition d’un traitement du paludisme par des feuilles d’Artemisia

RÉSUMÉ

Le dernier « Rapport sur le paludisme dans le monde 2018 » de l’OMS, constatant que le nombre de cas et de décès ne diminue plus depuis 2015, rappelle que l’utilisation des moustiquaires, du diagnostic rapide et des Combinaisons Thérapeutiques à base d’Artémisine (CTA) sont toujours efficaces sur les infections à Plasmodium falciparum et que les efforts doivent se concentrer sur les pays qui payent le plus lourd tribut à la maladie, en Afrique sub-saharienne où le paludisme tue encore chaque année des milliers d’enfants de moins de 5 ans. En 2015, Youyou Tu, chercheuse chinoise, a reçu le prix Nobel de médecine pour l’extraction à partir d’une plante de son pays, l’Artemisia annua, de l’artémisinine et son efficacité dans le traitement du paludisme. Cet antipaludique puissant, d’élimination rapide, doit toujours être associé à un autre antipaludique d’action plus prolongée (CTA) afin de parachever le traitement et d’entraver la sélection de résistance.

Or, depuis quelques mois, se développe une campagne médiatique et commerciale : « Éliminons le paludisme à l’aide de feuilles d’Artemisia » incitant à traiter les malades avec des tisanes ou des capsules de feuilles séchées d’Artemisia annua. Cette action est menée par une association française, « La maison de l’Artemisia », qui crée des succursales dans plusieurs pays d’Afrique, et le soutien d’une association luxembourgeoise « ivfb-belherb », avec le message suivant : chaque village africain doit apprendre à planter des pieds d’Artemisia dans un jardin, récolter et sécher les feuilles pour disposer ainsi d’un « médicament maison » permettant de traiter chaque accès palustre sans qu’il soit nécessaire de consulter un agent de santé ou d’absorber un CTA, l’un et l’autre n’étant pas toujours disponibles. Ces associations ont réussi à entrainer dans leur sillage des célébrités non médicales de tous horizons, à bénéficier d’une audition à l’Assemblée nationale et d’échos médiatiques (Le Monde 24/04/2018, L’Obs 9/10/2018, Paris Match 06/11/2018, Le Figaro 23/11/2018, La Croix 17/12/2018) qui s’amplifient depuis le début du mois de novembre.

...

En conséquence l’Académie nationale de médecine, inquiète des dangers immédiats de l’utilisation des feuilles séchées d’Artemisia pour le traitement et la prévention du paludisme et soucieuse de préserver l’avenir de l’efficacité thérapeutique de l’artémisinine, tient à mettre solennellement en garde les autorités de santé, les populations des zones de transmission du paludisme, les voyageurs séjournant dans ces pays, face aux recommandations scientifiquement incertaines et irresponsables pour l’utilisation de cette phytothérapie, dangereuse pour l’avenir de la lutte antipaludique. Elle demande que cesse une campagne de promotion organisée par des personnalités peut-être bien intentionnées mais incompétentes en paludologie.



AUTEUR(S)
M. DANIS

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (156 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier